Avec la Fondation ARC, protégeons les femmes que nous aimons
Octobre Rose

Agissons contre le cancer du sein pour protéger les femmes qui nous sont chères.

Je fais un don

Que savez-vous sur
le cancer du sein ?

Répondez à nos 4 questions

JE FAIS LE TEST

Contre le cancer du sein :
ils témoignent...

« Nous nous devons de protéger les femmes que nous aimons, de faire l’impossible pour qu’elles soient soignées et guéries ! »

Ma mère a été traitée pour un cancer du sein lorsque j’avais 16 ans. Ça a été un tel bouleversement pour moi que j’en ai été marquée à vie. Je savais qu’un jour ou l’autre, la maladie pouvait me tomber dessus. J’ai donc toujours effectué rigoureusement les contrôles annuels, c’est ce qui m’a sauvée. Si j’avais tardé, l’histoire aurait été bien plus dramatique.

A l’annonce du diagnostic, le choc a été si fort que je me suis effondrée pendant plusieurs jours. Et puis quand j’ai repris mes esprits, j’ai décidé de me battre comme lorsque j’avais escaladé le Mont Blanc pour mes 40 ans. J’ai décidé de continuer à faire du sport et à travailler.

Dans mon malheur, j’ai eu beaucoup de chance : j’ai été très entourée par mon mari qui a été particulièrement présent, à l’écoute et attentif, et par mon amie et associée Carol. Elle s’est montrée exceptionnelle, patiente et compréhensive. Ma famille et mes amis m’ont aussi beaucoup entourée durant toute cette épreuve. C’est inestimable de se sentir aimée, soutenue, protégée ; ça aide à avancer et à se battre.

Il y a dix ans, mes chances de guérison auraient été très faibles. Grâce aux progrès de la recherche, j’ai pu bénéficier d’un traitement innovant, l’herceptine, qui m’a également épargné de graves séquelles, comme en avait subi ma mère.

Aujourd’hui, je me sens en pleine forme. J’ai bénéficié des incroyables avancées de la recherche et voilà pourquoi j’aimerais apporter ma modeste pierre à l’édifice. En témoignant de mon combat contre le cancer du sein et en m’engageant auprès de la Fondation ARC, je souhaite sensibiliser toutes les femmes à l’importance du dépistage et à la nécessité de soutenir la recherche.

C’est grâce aux chercheurs que je suis en vie aujourd’hui… Les soutenir, c’est protéger toutes les femmes que nous aimons du cancer du sein !

Frédérique, guérie d’un cancer du sein
Carol a joué un rôle essentiel dans le combat
de son amie Frédérique contre le cancer
« Pour aider mon amie atteinte d’un cancer du sein, j’ai décidé d’embellir son quotidien »

Quand mon amie Frédérique m’a annoncé qu’elle avait un cancer du sein, le choc a été si brutal que je me suis réfugiée dans le déni. Et puis face à cette terrible situation, j’ai décidé d’être présente pour elle et de la soutenir de toutes mes forces. J’ai essayé de l’aider à supporter cette épreuve et la douleur des traitements en positivant pour embellir son quotidien. Quand elle m’a annoncé qu’elle était guérie, j’ai été tellement soulagée qu’elle soit enfin sauvée et qu’elle puisse envisager l’avenir sereinement.

C’est pourquoi j’encourage tout le monde à se mobiliser : pour protéger les femmes que nous aimons, il faut des traitements encore plus efficaces et pour cela, il faut soutenir les chercheurs !

Carol, amie de Frédérique, guérie d’un cancer du sein
« Les découvertes progressent et de nouveaux espoirs se dessinent pour toutes les femmes… »
« Les dernières découvertes des chercheurs sont porteuses d’espoir pour les malades… »

Les projets soutenus par la Fondation ARC sont des projets de recherches thérapeutiques dont l’objectif est d’apporter une innovation aux malades le plus rapidement possible. Grâce à la Fondation ARC et surtout grâce à ses donateurs, les découvertes progressent plus vite et de nouveaux espoirs se dessinent pour toutes les femmes qui sont – ou seront un jour – touchées par le cancer du sein.

Professeur Michel Cogné
« Nous nous devons de protéger les femmes que nous aimons, de faire l’impossible pour qu’elles soient soignées et guéries ! »
« Nous nous devons de protéger les femmes que nous aimons, de faire l’impossible pour qu’elles soient soignées et guéries ! »

En tant que parrain de la Fondation ARC, il me tient à cœur de vous parler du cancer du sein, véritable fléau qui touche des milliers de femmes. Ces femmes, ce sont nos mères, nos épouses, nos amies les plus chères… Nous nous devons de les protéger, de faire l’impossible pour qu’elles soient soignées et guéries ! En effet, chaque année en France, ce sont encore 59 000 femmes qui apprennent la maladie et 12 000 qui en décèdent. En ce mois d’Octobre Rose dédié à la lutte contre le cancer du sein, nous devons tous nous mobiliser pour que ces femmes bénéficient de davantagede chances de guérison. Et pour cela, il faut soutenir la recherche car les avancées considérables issues du travail des chercheurs permettent déjà de sauver 4 femmes sur 5 aujourd’hui. En continuant ce combat, la recherche pourrait sauver encore plus de femmes dans les années à venir.

Plus on sera nombreux à faire des dons à la Fondation ARC, plus on permettra à la recherche de progresser et à la maladie de reculer. Protégeons les femmes que nous aimons, agissons dès maintenant !

Denis Brogniart, parrain de la Fondation ARC

Cancer du sein :
trop de vies encore brisées

Que savez-vous
sur le cancer du sein ?

Mieux connaître cette maladie, c’est aussi mieux
protéger les femmes que nous aimons.

Je fais le test
Question 1/4
Aujourd’hui, on guérit
1 cancer du sein sur 2 ?

C’est faux,C’est FAUX ! on guérit actuellement 87%* des cancers du sein. La Fondation ARC finance notamment des projets pour mieux comprendre et agir, pour mettre au point de nouveaux traitements et pour lutter contre la progression de la maladie.

*Taux de survie à 5 ans – Source INCa
Question 2/4
Le cancer du sein est le cancer le plus meurtrier chez la femme ?

C’est vrai,C’est VRAI ! chaque année en France, 12 000 femmes décèdent d’un cancer du sein. C’est pourquoi, grâce à ses donateurs, la Fondation ARC se mobilise pour découvrir de nouveaux traitements, limiter leurs effets secondaires et éviter les récidives.

Question 3/4
Le cancer du sein touche uniquement les femmes de plus de 50 ans ?

C’est faux,C’est FAUX ! s’il est effectivement plus fréquent après 50 ans, on estime qu’en 2017, 19% des femmes nouvellement concernées par un cancer du sein avaient moins de 50 ans au moment du diagnostic.

Question 4/4
Pratiquer une activité physique régulière réduit le risque d’avoir un cancer du sein ?

C’est vrai,C’est VRAI ! les études font état d'une diminution du risque de l'ordre de 20% entre les femmes les plus actives et celles qui le sont moins. Le risque de récidive, lui aussi, baisse (-24%) grâce à la pratique d'une activité physique après le diagnostic d'un cancer du sein.

Merci pour
votre participation !

Continuez à vous informer sur les avancées de la recherche,
à décrypter l'actualité médicale et scientifique et suivez les actions de la Fondation ARC grâce à notre newsletter.
Pour cela, renseignez votre e-mail.

En remplissant ce formulaire, j'accepte de recevoir la newsletter mensuelle de la Fondation ARC ainsi que les emailings envoyés dans le cadre des campagnes de sensibilisation. En savoir plus.
Partagez la campagne à vos proches

Ensemble, soutenons
la recherche
contre le cancer
du sein

Amener les cellules immunitaires au cœur de la tumeur


A Toulouse, l’équipe du docteur Jean-Philippe Girard (IPBS-CNRS), en partenariat avec l’Oncopôle, développe une approche inédite pour permettre à des cellules immunitaires, armes efficaces contre les cellules cancéreuses, de s’infiltrer dans la tumeur.

Le défi à relever ensemble :

Comprendre comment augmenter la quantité de vaisseaux sanguins « HEV » qui se forment dans les tumeurs mammaires et favorisent l’entrée de certaines cellules immunitaires, les lymphocytes T, capables de détruire les cellules cancéreuses.

L’objectif de ce projet :

Développer une nouvelle approche thérapeutique pour rendre les tumeurs mammaires accessibles aux cellules immunitaires pour qu’elles les attaquent.

Projet financé par la Fondation ARC à hauteur de 420 000 € sur 3 ans.

Faire des cellules immunitaires une arme contre les tumeurs


Trois équipes coordonnées par le professeur Michel Cogné (CHU de Limoges) étudient une nouvelle stratégie d’immunothérapie visant à détruire les cellules cancéreuses.

Le défi à relever ensemble :

Identifier comment des cellules immunitaires appelées lymphocytes B prélevées chez les patientes pourraient être modifiées génétiquement en laboratoire pour qu’elles soient capables de reconnaître et détruire les cellules cancéreuses, une fois réinjectées aux patientes.

L’objectif de ce projet :

Mettre au point une stratégie d’immunothérapie personnalisée permettant d’agir efficacement sur les cellules cancéreuses et de prévenir la survenue de récidive.

Projet financé par la Fondation ARC à hauteur de 450 000 € sur 3 ans.

Bloquer les mécanismes de dissémination du cancer


Le docteur Barbara Garmy-Susini (I2MC, Toulouse) s’intéresse avec son équipe aux vaisseaux lymphatiques par lesquels les cellules cancéreuses s’échappent des tumeurs et se disséminent pour former des métastases, notamment dans les ganglions.

Le défi à relever ensemble :

Découvrir quels sont les mécanismes biologiques par lesquels ces vaisseaux lymphatiques résistent aux chimiothérapies afin de comprendre comment les contrer pour éviter la formation de métastases.

L’objectif de ce projet :

Explorer de nouvelles voies thérapeutiques pour mieux lutter contre la dissémination du cancer et d’enrayer le processus de métastases.

Projet financé par la Fondation ARC à hauteur de 50 000 € sur 2 ans.

Contre le cancer du sein :
tous concernés, tous mobilisés !

Partagez votre engagement sur les réseaux sociaux !

  • 1 Connectez-vous
    sur Facebook ou Twitter
  • 2 Identifiez
    les femmes que vous aimez
  • 3 Ajoutez
    le #ProtégeonsLesFemmesQueNousAimons
Vous donnerez ainsi de la visibilité à notre campagne et sensibiliserez votre entourage.